Train SNCF en retard et correspondance de train SNCF ratée : que faire ?

Compensation en cas de retard de train SNCF

Les trains SNCF sont toujours à l’heure (sauf quand ils sont en retard)

La SNCF garantit la ponctualité de ses trains. En cas de retard supérieur à 30 minutes, SNCF va vous proposer la garantie G30.  Pour tout trajet avec TGV INOUI et INTERCITÉS, hors Eurostar ou Thalys, vous avez de 60 jours pour faire une demande de compensation. Cette compensation se fait par bon d’achat. Mais à partir d’1 heure de retard, vous pouvez aussi faire le choix d’un virement bancaire en entrant votre RIB / IBAN.

Voici les compensations prévues :

  • entre 30 min et 2h de retard : 25% du prix du billet
  • entre 2h et 3h de retard : 50% du prix du billet
  • au-delà de 3h de retard : 75% du prix du billet

Attention :

  • Pour les Intercités 100 % Éco, la G30 s’applique à partir de 1 heure de retard.
  • Pour les TER, il n’y a pas de garantie G30.
  • Pour Eurostar, vous aurez une compensation au-delà d’1 heure de retard.

Pour avoir cette compensation, il faut en faire la demande en ligne : Demander un dédommagement G30.

Correspondance ratée à cause d’un retard de train SNCF

Changer de train peut être source de stress. Mais vous trouverez toujours une solution pour arriver à destination.

Par ailleurs, SNCF assure la correspondance sur la majorité des trajets combinés. Les trajets combinés sont des trajets qui ont plusieurs billets de train. Quand les trajets vendus sur Kombo sont combinés par SNCF, la correspondance est garantie.

En effet, si le 1er train a du retard, cela peut vous empêcher de prendre le 2è train. C’est ce que la SNCF appelle une « rupture de correspondance ». Dans ce cas, SNCF prend en charge votre trajet, et vous proposera de prendre le train suivant. Et si exceptionnellement le prochain train est le lendemain, la compagnie ferroviaire vous proposera de vous dédommager pour une nuit d’hôtel. Cela est valable si le 2ème train est dans la même gare ou bien s’il est dans une autre gare, typiquement, à Paris.

Merci à David Gubler pour sa photo.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *